Cupcakes, Pinterest and Ladyporn

 
Elana Levine (dir.), Cupcakes, Pinterest and Ladyporn. Feminized Popular Culture in the Early Twenty-First Century, Urbana, Chicago and Springfield, University of Illinois Press, 2015.
 
Je suis en train de lire cet ouvrage au titre et à la couverture fort appétissants. Ce que je vous propose ici n’est pas un compte rendu critique (j’en ferai probablement un plus tard pour une revue) mais une présentation très succinte du projet éditorial d’Elana Levine* pour vous donner – pourquoi pas? – envie d’y goûter.
 
Si elle peut s’avérer déroutante dans le contexte académique français, l’association évoquée par le titre du livre n’est pas surprenante pour qui est familier.e des Cultural Studies, dont la spécificité est d’étudier la culture sous toutes ses formes (qu’il s’agisse des cultures médiatiques, de la culture “classique” ou plus largement des modes de vie) comme un terrain de conflictualité politique. Ce qui réunit tous ces objets, ici, c’est leur association aux femmes et au féminin. L’ouvrage ambitionne d’embrasser la “culture populaire féminine” du point de vue de ses conditions de production, des cadres d’appréhension de la féminité qu’elle propose, et des pratiques de consommation qu’elle suscite. La perspective est ici féministe, queer et intersectionnelle : il ne s’agit pas d’essentialiser la féminité ou d’envisager les femmes comme un groupe uniforme mais de comprendre comment ces catégories sont produites culturellement, la façon dont elles fonctionnent comme des instruments d’exclusion et de discrimination mais aussi de plaisirs. 
 
Levine revendique l’héritage de chercheuses féministes comme Janice Radway, Jacqueline Bobo, Ien Ang, Tania Modleski ou Angela McRobbie, qui ont produit entre les années 1970 et les années 1990 des travaux de référence consacrés aux cultures féminines populaires, qu’il s’agisse du soap opera et de ses spectatrices, de littérature sentimentale, de cinéma, de la culture des femmes Noires ou de celle des jeunes femmes des classes populaires. Depuis les années 2000, ces sujets ont été relativement délaissés au profit de nouveaux terrains de recherche liés aux masculinités ou aux cultures féministes. L’ambition du livre est donc de ranimer et d’actualiser cette “tradition” de recherche en tenant compte à la fois du renouvellement des cadres d’analyse féministes et du contexte technologique, culturel et médiatique du début du XXIe siècle. Réparties en trois sections (passions, corps et travail), les contributions de l’ouvrage portent aussi bien sur les lectrices de Cinquante Nuances de Grey (parmi lesquelles j’ai aussi enquêté du côté français), les blogs de mode ou de potins de stars, les applications pour femmes enceintes, les femmes Noires fans de la série Scandal ou l’entreprise médiatique des soeurs Kardashian.
 
Symptomatiquement, presqu’aucun des textes cités en référence par Levine n’a été traduit en français, ou très partiellement (vous trouverez ci-dessous quelques références de traductions et de travaux en français). Les cultures féminines populaires souffrent d’un déficit de représentation au sein de l’espace académique francophone et le retentissement de la traduction du livre de Beverley Skeggs, Des femmes respectables : classe et genre en milieu populaire (Agone, 2015) presque 20 ans après sa publication en anglais, nous montre à la fois l’ampleur de ce déficit et l’intérêt suscité par ces sujets**. Skeggs propose une sociologie plus générale des femmes des classes populaires britanniques mais accorde une place particulière à leurs pratiques culturelles (au sens large) et à leurs investissements dans la féminité ; elle montre que celle-ci constitue une ressource dans lesquelles ces femmes puisent pour réfuter la stigmatisation et produire un regard valorisant sur elles-mêmes. Bien entendu la culture féminine ne concerne pas seulement les femmes des classes populaires mais les femmes des classes moyennes et supérieures s’en distinguent plus volontiers – voir à ce propos l’ouvrage de Viviane Albenga, S’émanciper par la lecture. Genre, classe et usages sociaux des livres (Presses universitaires de Rennes, 2017). Loin d’être un sujet frivole, la culture féminine populaire (et son absence dans le paysage académique français) soulève donc des questions qui ont plus largement trait à la visibilité des femmes (en particulier des femmes des classes populaires) et à la justice sociale. Espérons donc que cet ouvrage d’Elana Levine (tout comme sa très récente monographie sur le soap opera) circule et contribue à ouvrir des terrains similaires dans l’espace francophone.
 
 
*Elana Levine est professeure au dpt d’anglais de l’Université du Wisconsin à Milwaukee.
 
**Signalons ici le carnet de recherche d’Alexie Geers ainsi que celui du groupe Genre et classes populaires.
 
 
Quelques ressources en français sur les cultures féminines  :
 
  • Bobo J., « La Couleur pourpre : les femmes noires comme lectrices culturelles », in B. REYNAUD et G. VINCENDEAU (dir.), 20 ans de théories féministes sur le cinéma, CinémAction, n° 67, 1993, p. 79-84.
  • Burch N. et Sellier G., Ignorées de tous… sauf du public: quinze ans de fictions télévisées françaises, 1995-2010, Bry-sur-Marne: INA, 2013.
  • Chedaleux D., « Construire un regard sur la réception de Cinquante Nuances de Grey : les émotions de classe d’une ethnographie en ligne », Poli. Politique de l’image, n°14, p. 82-91.
  • Damian-Gaillard B., « Les romans sentimentaux des collections Harlequin : quelle(s) figure(s) de l’amoureux ? Quel(s) modèle(s) de relation(s) amoureuse(s) ? », Questions de communication, n° 20, 2011, p. 317-336.
  • Geers A., « Un magazine pour se faire belle. Votre Beauté et l’industrie cosmétique dans les années 1930 », Clio. Femmes, Genre, Histoire, vol. 2, n° 40, 2014, p.249-269.
  • hooks b., Ne suis-je pas une femme? Femmes noires et féminisme [Trad. Olga Potot], Cambourakis, 2015.
  • Houel A., Le roman d’amour et sa lectrice. Une si longue passion, Paris, L’Harmattan, 1997.
  • Illouz E., Hard romance. Cinquante nuances de Grey et nous, Paris, Seuil, 2014.
  • Modleski T., « La quête du lendemain dans les soap operas d’aujourd’hui. Réflexions sur une forme narrative féminine », in Culture d’élite, culture de masse et différence des sexes, G. Sellier et E. Viennot (dir), Paris, L’Harmattan, 2004, p. 173‑184.
  • Nouvelles Questions Féministes, vol. 28, n°1, “Figures du féminin dans les industries culturelles contemporaines”, 2009.
  • Pasquier D., La culture des sentiments. L’expérience télévisuelle des adolescents, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 2000.
  • Quemener N., « ‘Ma chérie, il faut révéler ta féminité !’. Rhétorique du choix et de l’émancipation dans les émissions de relooking en France », Raisons politiques, vol. 2, n° 62, 2016, p. 35-49.
  • Radway J. A., “Lectures à “l’eau de rose”. Femmes, patriarcat et littérature populaire” [Trad. Brigitte Le Grignou], Politix, vol. 13, n°51, 2000, p. 163-17 (Conclusion de Reading the Romance. Women, Patriarchy, and Popular Literature).
  • Radway J. A., “L’acte de lire des romans d’amour : s’évader et s’instruire”, [Trad. Delphine Chedaleux], à paraître dans  Théorème (Chapitre 3 de Reading the Romance. Women, Patriarchy, and Popular Literature).
 
 
 

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search