Cupcakes, Pinterest and Ladyporn

 
Elana Levine (dir.), Cupcakes, Pinterest and Ladyporn. Feminized Popular Culture in the Early Twenty-First Century, Urbana, Chicago and Springfield, University of Illinois Press, 2015.
 
Je suis en train de lire cet ouvrage au titre et à la couverture fort appétissants. Ce que je vous propose ici n’est pas un compte rendu critique (j’en ferai probablement un plus tard pour une revue) mais une présentation très succinte du projet éditorial d’Elana Levine* pour vous donner – pourquoi pas? – envie d’y goûter.
 
Si elle peut s’avérer déroutante dans le contexte académique français, l’association évoquée par le titre du livre n’est pas surprenante pour qui est familier.e des Cultural Studies, dont la spécificité est d’étudier la culture sous toutes ses formes (qu’il s’agisse des cultures médiatiques, de la culture « classique » ou plus largement des modes de vie) comme un terrain de conflictualité politique. Ce qui réunit tous ces objets, ici, c’est leur association aux femmes et au féminin. L’ouvrage ambitionne d’embrasser la « culture populaire féminine » du point de vue de ses conditions de production, des cadres d’appréhension de la féminité qu’elle propose, et des pratiques de consommation qu’elle suscite. La perspective est ici féministe, queer et intersectionnelle : il ne s’agit pas d’essentialiser la féminité ou d’envisager les femmes comme un groupe uniforme mais de comprendre comment ces catégories sont produites culturellement, la façon dont elles fonctionnent comme des instruments d’exclusion et de discrimination mais aussi de plaisirs. 
 
Levine revendique l’héritage de chercheuses féministes comme Janice Radway, Jacqueline Bobo, Ien Ang, Tania Modleski ou Angela McRobbie, qui ont produit entre les années 1970 et les années 1990 des travaux de référence consacrés aux cultures féminines populaires, qu’il s’agisse du soap opera et de ses spectatrices, de littérature sentimentale, de cinéma, de la culture des femmes Noires ou de celle des jeunes femmes des classes populaires. Depuis les années 2000, ces sujets ont été relativement délaissés au profit de nouveaux terrains de recherche liés aux masculinités ou aux cultures féministes. L’ambition du livre est donc de ranimer et d’actualiser cette « tradition » de recherche en tenant compte à la fois du renouvellement des cadres d’analyse féministes et du contexte technologique, culturel et médiatique du début du XXIe siècle. Réparties en trois sections (passions, corps et travail), les contributions de l’ouvrage portent aussi bien sur les lectrices de Cinquante Nuances de Grey (parmi lesquelles j’ai aussi enquêté du côté français), les blogs de mode ou de potins de stars, les applications pour femmes enceintes, les femmes Noires fans de la série Scandal ou l’entreprise médiatique des soeurs Kardashian.
 
Symptomatiquement, presqu’aucun des textes cités en référence par Levine n’a été traduit en français, ou très partiellement (vous trouverez ci-dessous quelques références de traductions et de travaux en français). Les cultures féminines populaires souffrent d’un déficit de représentation au sein de l’espace académique francophone et le retentissement de la traduction du livre de Beverley Skeggs, Des femmes respectables : classe et genre en milieu populaire (Agone, 2015) presque 20 ans après sa publication en anglais, nous montre à la fois l’ampleur de ce déficit et l’intérêt suscité par ces sujets**. Skeggs propose une sociologie plus générale des femmes des classes populaires britanniques mais accorde une place particulière à leurs pratiques culturelles (au sens large) et à leurs investissements dans la féminité ; elle montre que celle-ci constitue une ressource dans lesquelles ces femmes puisent pour réfuter la stigmatisation et produire un regard valorisant sur elles-mêmes. Bien entendu la culture féminine ne concerne pas seulement les femmes des classes populaires mais les femmes des classes moyennes et supérieures s’en distinguent plus volontiers – voir à ce propos l’ouvrage de Viviane Albenga, S’émanciper par la lecture. Genre, classe et usages sociaux des livres (Presses universitaires de Rennes, 2017). Loin d’être un sujet frivole, la culture féminine populaire (et son absence dans le paysage académique français) soulève donc des questions qui ont plus largement trait à la visibilité des femmes (en particulier des femmes des classes populaires) et à la justice sociale. Espérons donc que cet ouvrage d’Elana Levine (tout comme sa très récente monographie sur le soap opera) circule et contribue à ouvrir des terrains similaires dans l’espace francophone.
 
 
*Elana Levine est professeure au dpt d’anglais de l’Université du Wisconsin à Milwaukee.
 
**Signalons ici le carnet de recherche d’Alexie Geers ainsi que celui du groupe Genre et classes populaires.
 
 
Quelques ressources en français sur les cultures féminines  :
 
  • Bobo J., « La Couleur pourpre : les femmes noires comme lectrices culturelles », in B. REYNAUD et G. VINCENDEAU (dir.), 20 ans de théories féministes sur le cinéma, CinémAction, n° 67, 1993, p. 79-84.
  • Burch N. et Sellier G., Ignorées de tous… sauf du public: quinze ans de fictions télévisées françaises, 1995-2010, Bry-sur-Marne: INA, 2013.
  • Chedaleux D., « Construire un regard sur la réception de Cinquante Nuances de Grey : les émotions de classe d’une ethnographie en ligne », Poli. Politique de l’image, n°14, p. 82-91.
  • Damian-Gaillard B., « Les romans sentimentaux des collections Harlequin : quelle(s) figure(s) de l’amoureux ? Quel(s) modèle(s) de relation(s) amoureuse(s) ? », Questions de communication, n° 20, 2011, p. 317-336.
  • Geers A., « Un magazine pour se faire belle. Votre Beauté et l’industrie cosmétique dans les années 1930 », Clio. Femmes, Genre, Histoire, vol. 2, n° 40, 2014, p.249-269.
  • hooks b., Ne suis-je pas une femme? Femmes noires et féminisme [Trad. Olga Potot], Cambourakis, 2015.
  • Houel A., Le roman d’amour et sa lectrice. Une si longue passion, Paris, L’Harmattan, 1997.
  • Illouz E., Hard romance. Cinquante nuances de Grey et nous, Paris, Seuil, 2014.
  • Modleski T., « La quête du lendemain dans les soap operas d’aujourd’hui. Réflexions sur une forme narrative féminine », in Culture d’élite, culture de masse et différence des sexes, G. Sellier et E. Viennot (dir), Paris, L’Harmattan, 2004, p. 173‑184.
  • Nouvelles Questions Féministes, vol. 28, n°1, « Figures du féminin dans les industries culturelles contemporaines », 2009.
  • Pasquier D., La culture des sentiments. L’expérience télévisuelle des adolescents, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 2000.
  • Quemener N., « ‘Ma chérie, il faut révéler ta féminité !’. Rhétorique du choix et de l’émancipation dans les émissions de relooking en France », Raisons politiques, vol. 2, n° 62, 2016, p. 35-49.
  • Radway J. A., « Lectures à « l’eau de rose ». Femmes, patriarcat et littérature populaire » [Trad. Brigitte Le Grignou], Politix, vol. 13, n°51, 2000, p. 163-17 (Conclusion de Reading the Romance. Women, Patriarchy, and Popular Literature).
  • Radway J. A., « L’acte de lire des romans d’amour : s’évader et s’instruire », [Trad. Delphine Chedaleux], à paraître dans  Théorème (Chapitre 3 de Reading the Romance. Women, Patriarchy, and Popular Literature).
 
 
 

 

Le soap opera et ses spectatrices

J’ai le plaisir ce semestre de donner un cours sur le soap opera et ses spectatrices à la section d’histoire et esthétique du cinéma de l’Université de Lausanne. Très peu (c’est un euphémisme!) étudié dans les universités francophones, ce genre a pourtant suscité un très grand nombre de travaux, en particulier dans le champ des études féministes. Le cours, dont je vous propose ci-dessous de découvrir le résumé et le programme prévisionnel, entend revenir sur l’histoire de ce genre et des débats féministes auxquels il a donné lieu. Une série de billets suivra sans doute tout au long du semestre! Continuer la lecture de « Le soap opera et ses spectatrices »

Conversation avec Elisabeth Cépède : cinéphilie et récit de soi

Ce billet accompagne la publication simultanée d’un article intitulé « Se faire du cinéma : jeunesse, culture cinématographique et écriture de soi dans la France d’après-guerre ». Cet article expose les résultats d’une enquête effectuée dans le fonds de l’APA (l’Association pour l’autobiographie et le patrimoine autobiographique, fondée par l’historien Philippe Lejeune). A partir de récits autobiographiques et de journaux personnels, j’y analyse l’enchevêtrement de l’imaginaire collectif véhiculé par le cinéma et de la représentation de soi en mettant en évidence une série de liens entre le cinéma et la construction subjective des jeunes d’après-guerre, en particulier sur les plans du genre et de la  sexualité.

Continuer la lecture de « Conversation avec Elisabeth Cépède : cinéphilie et récit de soi »

50 Nuances de Grey, les féministes et la culture populaire

En lien avec un article sorti dans le dernier numéro de la revue Poli* consacré au « Regards de classe », vous trouverez ici quelques réflexions relatives à l’enquête que je mène depuis plus de 2 ans sur la réception de 50 Nuances de Grey. Cette enquête se base sur une ethnographie en ligne menée depuis 2015 au sein de deux groupes de discussion consacrés à la trilogie sur Facebook, ainsi que sur des entretiens. Mon objectif est d’analyser la réception de 50 Nuances de Grey en tant qu’expérience sociale, dans une perspective féministe qui outrepasse la norme distinguée consistant à exprimer son dégoût pour l’objet.

Je m’interroge ici spécifiquement sur la réception féministe de 50 nuances de Grey, et plus largement sur les rapports entre féminisme et culture populaire.

*Vous pouvez entendre parler de ce numéro et de mon article en particulier dans l’entretien audio réalisé auprès de Marion Dalibert, la co-coordonatrice du numéro, et Nelly Quemener, la rédactrice en chef de Poli, dans l’émission radiophonique « Les Oreilles loin du front ».

Continuer la lecture de « 50 Nuances de Grey, les féministes et la culture populaire »

Genre et jeunesse sur les écrans de l’Occupation (1) : Odette Joyeux

La production cinématographique française connaît à partir de 1940 un profond bouleversement en matière de représentations. L’explosion quantitative et qualitative des premiers rôles destinés aux femmes et aux jeunes redessine le paysage cinématographique, jusqu’alors dominé par des hommes « d’âge mur » (Burch et Sellier 1996). Comme le note un magazine de l’époque : « Les jeunes filles ont gagné leur place de reines, elles tyrannisent nos pensées, elles règnent sur nos cœurs » (Ciné-Mondial, n°4, 29 août 1941, p. 8-9). Marie Déa, Odette Joyeux, Micheline Presle, Madeleine Sologne deviennent des vedettes de premier plan dans des rôles de « jeunes premières » comme on les appelle alors. J’ai consacré à chacune de ces actrices un chapitre du livre tiré de ma thèse, dont je tire les quelques réflexions exposées dans cette rubrique.

Ces bouleversements culturels apparaissent dans un contexte  social et politique contradictoire pour les femmes comme pour les jeunes. D’un côté la guerre remet en question les rôles sociaux traditionnels et contribue dans une certaine mesure à redessiner les hiérarchies de genre, d’âge ainsi que de classe (voir Capdevila et al. 2003). Mais de l’autre, les discours politiques réactivent ces hiérarchies : la différence des sexes ainsi que l’obéissance aux « chefs » (pères, maris, patrons) et aux aînés sont des fondements de l’idéologie et de la propagande pétainistes. Or, les images filmiques et médiatiques des jeunes premières se nourrissent de ces contradictions : elles sont construites sur une tension entre subversion et réaffirmation des normes sociales traditionnelles. Continuer la lecture de « Genre et jeunesse sur les écrans de l’Occupation (1) : Odette Joyeux »

Genre et jeunesse sur les écrans de l’Occupation (2) : Madeleine Sologne

Tout le monde ou presque aujourd’hui a oublié Madeleine Sologne. Elle a pourtant été l’une des vedettes les plus en vue dans les années 1940. Avec son allure androgyne qui lui a valu d’être comparée à Marlène Dietrich, elle incarnait une forme de modernité qui a fait son succès auprès des jeunes filles. Je lui ai consacré un chapitre du livre tiré de ma thèse, dont les quelques réflexions posées ici sont issues.

Continuer la lecture de « Genre et jeunesse sur les écrans de l’Occupation (2) : Madeleine Sologne »

Ouvrages publiés

  • Cinéphilies plurielles dans la France des années 1940-1950. Sortir, lire, rêver, collectionner (collectif, avec Mélisande Leventopoulos), Paris, L’Harmattan, Collection Champs visuels, 2019.

Cet ouvrage étudie des pratiques cinéphiles dans la France des années 1940 et 1950, où ce média constitue le premier loisir des Français. Dans comme hors des salles de cinéma, les cinéphilies circulent au sein des espaces publics comme privés et constituent un phénomène culturel majeur pour la compréhension de la société française du milieu du XXe siècle. Revues et magazines, lettres de fans, correspondances et sources orales sont autant de supports mobilisés ici pour éclairer l’univers cinématographique ordinaire des spectateurs et
spectatrices.

  • Jeunes premiers et jeunes premières sur les écrans de l’Occupation (France, 1940-1944), Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, 2016. Préface de Pascal Ory.

27000100299440LCet ouvrage propose une exploration inédite du cinéma français pendant l’Occupation (220 films de fiction produits entre 1940 et 1944) au prisme de ses représentations de la jeunesse. À travers cinq études de cas (quatre jeunes premières – Marie Déa, Odette Joyeux, Micheline Presle, Madeleine Sologne – et un jeune premier – Jean Marais – ayant en commun de devenir des vedettes au cours de la période), l’ouvrage analyse la construction symbolique et culturelle des identités et des rapports de genre et de génération durant cette période.

S’inspirant des théories et des méthodes issues des gender studies, des cultural studies, des star studies et de l’histoire culturelle, ce travail s’appuie sur l’analyse des films et de leur réception critique, ainsi que sur l’image des jeunes premiere-s dans la presse populaire de l’époque. La mise en perspective de ces représentations par rapport au contexte sociopolitique fortement bouleversé de l’Occupation révèle l’ambivalence constitutive des valeurs véhiculées par ces vedettes, travaillées par la tension entre une idéologie réactionnaire qui met en avant les femmes et les jeunes comme pivots du redressement national et un questionnement sur les places et les rôles dévolus aux femmes et aux hommes, aux jeunes et aux adultes, aux enfants et aux parents. Chacune de ces figures est en effet construite sur un tiraillement entre subversion et maintien de l’ordre (social, sexuel ou générationnel), contribuant tout autant à réaffirmer les frontières du genre et de l’âge qu’à les redéfinir. Les jeunes premier-e-s de l’Occupation séduisent ainsi un public large aux intérêts et aux sensibilités politiques divergents, à une époque où la répression politique et morale côtoie un certain relâchement des contraintes sociales et familiales.

On en parle par ici :

 

  • Genres et acteurs du cinéma français, 1930-1960, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012 (collectif, avec Gwénaëlle Le Gras). Préface de Giusy Pisano.

4F4C467C7C343433363037377C7C434F50Cet ouvrage appréhende le cinéma français des années 1930-1940 tel qu’il était perçu par ses contemporains, par le biais des genres et de leurs acteurs, typiques des goûts du public. Il montre comment ces genres ont largement conditionné l’emploi des acteurs les plus populaires (Danielle Darrieux, Edwige Feuillère, Jean Marais, Odette Joyeux, Louis Jouvet, Fernandel, Eddie Constantine, Gérard Philipe, Annie Girardot, Jeanne Moreau, etc.) et ont construit  les représentations dominantes de l’époque. Il s’agit également de comprendre comment certains acteurs ont pu faire évoluer les genres, à travers leur aptitude à circuler d’un genre à l’autre.

Vous pouvez consulter l’introduction de l’ouvrage ainsi que la table des matières.