50 Nuances de Grey, les féministes et la culture populaire

En attendant la sortie d’un article présentant ses premiers résultats, vous trouverez ici quelques réflexions relatives à l’enquête que je mène depuis plus de 2 ans sur la réception de 50 Nuances de Grey. Cette enquête se base sur une ethnographie en ligne menée depuis 2015 au sein de deux groupes de discussion consacrés à la trilogie sur Facebook, ainsi que sur des entretiens. Mon objectif est d’analyser la réception de 50 Nuances de Grey en tant qu’expérience sociale, dans une perspective féministe qui outrepasse la norme distinguée consistant à exprimer son dégoût pour l’objet.

Je m’interroge ici spécifiquement sur la réception féministe de 50 nuances de Grey, et plus largement sur les rapports entre féminisme et culture populaire.

Continuer la lecture de « 50 Nuances de Grey, les féministes et la culture populaire »

Genre et jeunesse sur les écrans de l’Occupation (1) : Odette Joyeux

La production cinématographique française connaît à partir de 1940 un profond bouleversement en matière de représentations. L’explosion quantitative et qualitative des premiers rôles destinés aux femmes et aux jeunes redessine le paysage cinématographique, jusqu’alors dominé par des hommes « d’âge mur » (Burch et Sellier 1996). Comme le note un magazine de l’époque : « Les jeunes filles ont gagné leur place de reines, elles tyrannisent nos pensées, elles règnent sur nos cœurs » (Ciné-Mondial, n°4, 29 août 1941, p. 8-9). Marie Déa, Odette Joyeux, Micheline Presle, Madeleine Sologne deviennent des vedettes de premier plan dans des rôles de « jeunes premières » comme on les appelle alors. J’ai consacré à chacune de ces actrices un chapitre du livre tiré de ma thèse, dont je tire les quelques réflexions exposées dans cette rubrique.

Ces bouleversements culturels apparaissent dans un contexte  social et politique contradictoire pour les femmes comme pour les jeunes. D’un côté la guerre remet en question les rôles sociaux traditionnels et contribue dans une certaine mesure à redessiner les hiérarchies de genre, d’âge ainsi que de classe (voir Capdevila et al. 2003). Mais de l’autre, les discours politiques réactivent ces hiérarchies : la différence des sexes ainsi que l’obéissance aux « chefs » (pères, maris, patrons) et aux aînés sont des fondements de l’idéologie et de la propagande pétainistes. Or, les images filmiques et médiatiques des jeunes premières se nourrissent de ces contradictions : elles sont construites sur une tension entre subversion et réaffirmation des normes sociales traditionnelles. Continuer la lecture de « Genre et jeunesse sur les écrans de l’Occupation (1) : Odette Joyeux »

Genre et jeunesse sur les écrans de l’Occupation (2) : Madeleine Sologne

Tout le monde ou presque aujourd’hui a oublié Madeleine Sologne. Elle a pourtant été l’une des vedettes les plus en vue dans les années 1940. Avec son allure androgyne qui lui a valu d’être comparée à Marlène Dietrich, elle incarnait une forme de modernité qui a fait son succès auprès des jeunes filles. Je lui ai consacré un chapitre du livre tiré de ma thèse, dont les quelques réflexions posées ici sont issues.

Continuer la lecture de « Genre et jeunesse sur les écrans de l’Occupation (2) : Madeleine Sologne »