Conversation avec Elisabeth Cépède : cinéphilie et récit de soi

Ce billet accompagne la publication simultanée d’un article intitulé “Se faire du cinéma : jeunesse, culture cinématographique et écriture de soi dans la France d’après-guerre”. Cet article expose les résultats d’une enquête effectuée dans le fonds de l’APA (l’Association pour l’autobiographie et le patrimoine autobiographique, fondée par l’historien Philippe Lejeune). A partir de récits autobiographiques et de journaux personnels, j’y analyse l’enchevêtrement de l’imaginaire collectif véhiculé par le cinéma et de la représentation de soi en mettant en évidence une série de liens entre le cinéma et la construction subjective des jeunes d’après-guerre, en particulier sur les plans du genre et de la  sexualité.

“Se faire du cinéma” comme dans la chanson de Claude Nougaro, c’est à dire se raconter des histoires en convoquant les mondes désirables et les récits familiers qui peuplent les films, constitue en effet un levier de connaissance et de production de soi, en particulier à cette époque où se tissent des liens forts entre les jeunes et les salles obscures. Or, les journaux intimes que j’ai consultés révèlent en la matière d’importantes disparités de genre et de sexualité : si le garçon timoré de la chanson prend sa “revanche” sur la vie en s’imaginant sous les traits d’un héros viril qui pose sur l’objet de sa convoitise un male gaze typique de la manière de filmer les femmes*, les jeunes filles hétérosexuelles et le garçon homosexuel que j’ai croisé·e·s dans ces archives ne jouissent ni du même « droit à l’identification », pour reprendre l’heureuse formule d’Annie Ernaux (2008), ni de la même liberté de s’inventer dans l’intimité de sa « chambre à soi ». Il et elles doivent composer avec des contraintes plus fortes, liées à la fois aux traitements des personnages dans les films, aux injonctions sociales et à l’intériorisation des normes de genre et sexuelles.

* D’abord un gros plan sur tes hanches / Puis un travelling panorama / Sur ta poitrine grand format / Voilà comment mon film commence / Souriant, je m’avance vers toi… / Un mètre quatre-vingts / Des biceps plein les manches / Je crève l’écran de mes nuits blanches.

En complément de l’article, je vous propose d’écouter quelques extraits d’une conversation avec Elisabeth Cépède, cinéphile et autrice d’une autobiographie et d’un journal tenu entre 1944 et 1955, de l’adolescence à l’entrée dans “l’âge adulte”. Née dans l’entre-deux-guerres au sein de la bourgeoisie parisienne, Babeth comme elle se fait appeler, lit beaucoup et se rend très souvent au cinéma et au théâtre. Curieuse, dotée d’un esprit très vif et d’une écriture limpide, l’adolescente incorpore généreusement ses expériences culturelles à ses réflexions sur les relations entre filles et garçons. Elle utilise les nombreux films qu’elle voit pour questionner la tension ressentie entre sa conception libérale de l’amour et de la sexualité (elle fréquente assidument les surprises-parties et « brûle » secrètement « du désir d’écraser la tête d’un garçon contre [sa] poitrine, de lui prodiguer mille baisers, d’être caressée »), et ses principes moraux, qui lui sont en partie inculqués par son directeur de conscience, un prêtre “rigoriste”.

En somme, son journal fournit une illustration saisissante du paradoxe de l’écriture de soi telle qu’elle est définie par Michel Foucault : à la fois productrice de subjectivité et “technique de soi” consistant à exercer sur soi-même des contraintes morales dans l’objectif d’atteindre le renoncement de soi, « condition du salut » (2001 [1994] : 1607) dans la morale chrétienne. Il faut noter que la pratique du journal, bien que plus ancienne, se féminise largement à partir du XIXe siècle où les jeunes filles de la bourgeoisie sont incitées à faire leur examen de conscience pour améliorer leur moralité (Lejeune, 1993 ; Lejeune et Bogaert, 2003).

Documentaliste à la retraite, Elisabeth est membre de l’APA et vit dans la région parisienne. Curieuse de m’entretenir avec elle après l’avoir lue avec beaucoup d’intérêt et d’émotions, je l’ai contactée par email en décembre 2017 et elle m’a accueillie chez elle un après-midi de janvier 2018 à l’heure du café, qu’elle avait accompagné de savoureuses douceurs – et je crois que ça s’entend à certains moments! Je partage avec vous certains passages de cette délicieuse conversation où elle évoque, avec beaucoup de densité et de chaleur, cette époque où le cinéma s’enchevêtrait étroitement avec la construction de soi et de son désir.

1 – Elisabeth évoque tout d’abord ses premiers souvenirs de cinéma, liés à l’amour et à la mort :

 

2 – Nous abordons ensuite du rôle du cinéma dans la construction des imaginaires amoureux et sexuels. Elle se souvient particulièrement des comédies de Lubitsch qui proposaient aux femmes une alternative réjouissante aux pièges du mariage (3’12), ainsi que de l’éveil de sa sensualité à travers des films comme Aux yeux du souvenir (3’52) ou Premier de cordée (5’11), qui paraissent aujourd’hui bien sages mais dont on comprend mieux la charge érotique si on les replace dans le contexte de dissimulation et de répression de la sexualité dans lequel ils sont sortis:

 

3 – Dans l’extrait suivant il est d’abord question de Manon (Henri-Georges Clouzot, 1949), une adaptation de Manon Lescaut imprégnée de la misogynie cinématographique d’après-guerre (voir Burch et Sellier 1996), mais qui suscite beaucoup de curiosité et d’intérêt chez de nombreuses jeunes femmes en raison de sa capacité, exceptionnelle pour l’époque, « à exprimer librement son désir et à le satisfaire comme elle l’entend » (Pillard 215), ce que confirment les souvenirs d’Elisabeth.

Puis à partir de 6’26 nous parlons d’un passage de son journal où elle fait le récit d’un fantasme dans lequel elle transpose une scène de Torrents (Serge de Poligny, 1947) qu’elle vient de voir au cinéma. Elle se met elle-même en scène dans le rôle de Sigfrid (Renée Faure) qui, un soir d’orage, rejoint chastement le lit de son cousin Jean (Georges Marchal) dont elle est amoureuse – dans la rêverie d’Élisabeth celui-ci devient Alain, le garçon dont elle est éprise. Après un long récit à la tension érotique palpable – « Je me laisse imprégner de la douce chaleur des draps, de cette force virile qui est à côté de moi », écrit-elle – la jeune fille confie à son journal :

Voilà, c’est très gentil, mais Alain et Babeth sont un Alain et une Babeth stylisés. Jamais je n’aurais assez de spontanéité pour aller me réfugier dans le lit d’un jeune homme […]. Non, parce que je réfléchis trop avant d’agir, que j’ai peur de moi et que je n’ai pas confiance en les jeunes gens. Je verrais le mal, voudrais ne pas l’avoir vu, mais l’ayant vu ne pourrais plus le faire ! C’est lamentable ! (APA 324 : 227)

La scène du film, à la fois suggestive et platonique, invite ainsi l’adolescente à donner corps à son désir tout en désavouant sa dimension sexuelle – « le mal ». Cette trame semble en quelque sorte lui offrir la garantie de conserver la maîtrise d’elle-même, y compris dans son imaginaire, de sorte qu’elle ne risque pas de transgresser les principes moraux dont elle est pétrie :

 

4 – Dans ce passage, il est question du désir éprouvé à l’adolescence par Elisabeth de devenir un garçon, ainsi que du plaisir qu’elle prend à se travestir en Mickey Rooney alors qu’elle s’adonne avec ses cousins à une reconstitution d’Andy Hardy va dans le monde/Andy Hardy Meets Debutante (George B. Seitz, sorti en 1940 aux Etats-Unis et en 1945 en France) :

 

5 et 6 – Dans ces deux extraits, Elisabeth évoque les ciné-clubs qu’elle fréquente ainsi que la revue à laquelle elle est abonnée – L’Ecran français, une revue proche du parti communiste – lorsqu’elle est adolescente. Elisabeth n’est pas une fan ; elle se tient à bonne distance de cette une attitude stigmatisée (en particulier dans L’Ecran français, voir Sellier 2010) et de ses relais tels que Cinémonde, à l’égard duquel elle nourrit des “préjugés”. Or, n’en déplaise au directeur de la programmation de la Cinémathèque française qui mecsplique dans une interview publiée sur le site www.cine-woman.fr que “la cinéphilie, le goût pour l’histoire du cinéma et le cinéma de répertoire, sont très largement masculins“, la cinéphilie d’Elisabeth, qu’on pourrait qualifier de “distinguée”, lui est transmise par sa mère et par sa prof de français Colette Audry, écrivaine, scénariste et soeur de la cinéaste Jacqueline Audry (voir Rollet 2015).

Ce n’est pas la cinéphilie qui est masculine, mais l’écriture de son histoire. Centrés sur ses formes les plus esthétisantes et les plus distinguées, les historiens de la cinéphilie en ont longtemps exclu les femmes, qui sont historiquement restées cantonnées à des lieux d’expression moins visibles et aussi moins légitimes – voir les travaux de Geneviève Sellier (2015), Jean-Marc Leveratto (2012) ou encore Thomas Pillard (2015) :

 

7 – Pour finir, Elisabeth évoque sa pratique cinéphile à l’âge adulte ainsi que la transmission de sa cinéphilie à ses enfants et à ses petits-enfants :

 

Je remercie Elisabeth Cépède pour sa gentillesse et sa confiance. La photographie mise en avant la montre le 22 août 2016, à Paris. Crédit : Daniel Bureau

 

Références bibliographiques :

  • N. Burch et G. Sellier (1996), La Drôle de guerre des sexes du cinéma français 1930-1956, Paris, Nathan.
  • M. Foucault (2001 [1994]), Dits et écrits (1954-1988), Paris, Gallimard.
  • P. Lejeune (1993), Le Moi des demoiselles. Enquête sur le journal de jeune fille, Paris, Seuil.
  • P. Lejeune et C. Bogaert (2003), Un journal à soi. Histoire d’une pratique, Paris, Textuel.
  • J.-M. Leveratto  (2012), « Genre cinématographique, identité sociale et gender. Une étude de cas : le mélodrame cinématographique des années 1950 en France », Cinémas, vol. 22, n° 2-3, p. 127-155.
  • T. Pillard (2015), « Le courrier des lecteurs du Film Complet (1949-1958) : un outil pour étudier les réceptions genrées des genres », dans G. Le Gras et G. Sellier (dir.), Cinémas et cinéphilies populaires dans la France d’après-guerre, 1945-1958, Paris, Nouveau monde, p. 201-216.
  • B. Rollet (2015), Jacqueline Audry. La femme à la caméra, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, collection Archives du féminisme.
  • G. Sellier (2015), « Formes de cinéphilie au féminin dans les années 1950 : le courrier des lecteurs de Cinémonde », Studies in French Cinema, vol. 15, n° 1, p. 88-102.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.