50 Nuances de Grey, les féministes et la culture populaire

En lien avec un article sorti dans le dernier numéro de la revue Poli* consacré au “Regards de classe”, vous trouverez ici quelques réflexions relatives à l’enquête que je mène depuis plus de 2 ans sur la réception de 50 Nuances de Grey. Cette enquête se base sur une ethnographie en ligne menée depuis 2015 au sein de deux groupes de discussion consacrés à la trilogie sur Facebook, ainsi que sur des entretiens. Mon objectif est d’analyser la réception de 50 Nuances de Grey en tant qu’expérience sociale, dans une perspective féministe qui outrepasse la norme distinguée consistant à exprimer son dégoût pour l’objet.

Je m’interroge ici spécifiquement sur la réception féministe de 50 nuances de Grey, et plus largement sur les rapports entre féminisme et culture populaire.

*Vous pouvez entendre parler de ce numéro et de mon article en particulier dans l’entretien audio réalisé auprès de Marion Dalibert, la co-coordonatrice du numéro, et Nelly Quemener, la rédactrice en chef de Poli, dans l’émission radiophonique “Les Oreilles loin du front”.

Difficile de passer à côté du phénomène 50 Nuances de Grey. Ce qui était au départ une fanfiction de Twilight écrite par une productrice de télévision britannique, Erika Leonard James, est devenue un best-seller (en 2015, Le Figaro avance le chiffre de 7,2 millions d’exemplaires vendus en France), puis un gros succès de cinéma : 4 068 085 entrées en France pour la première adaptation (2015), 3 120 922 pour la seconde (2017) et 2 759 444 pour la troisième (Source cbo-boxoffice).

50 Nuances de Grey est souvent péjorativement qualifié de “mummy porn” (littéralement “porno pour maman”) en raison de son contenu érotique et de son cœur de cible initial, les femmes de 40 à 65 ans (Bigey 2014 : 89; voir aussi le billet édité sur le carnet de la linguiste Marie-Anne Paveau). La sociologue Eva Illouz (Illouz 2014) a montré que l’histoire reprend en réalité les ingrédients des “romances gothiques” plébiscitées par les femmes depuis le XIXe siècle : une jeune femme parvient à apprivoiser un homme puissant, mystérieux, parfois brutal, qui finit par se dévouer à elle corps et âme – c’est sur ce schéma que sont bâties les histoires des romans  publiés par Harlequin depuis le début des années 1950 en Amérique du Nord et la fin des années 1970 en France.

Source de l’image

Anastasia Steele (Dakota Johnson dans les films), l’héroïne de 50 Nuances de Grey, est une jeune étudiante en lettres encore vierge qui tombe amoureuse du milliardaire Christian Grey (Jamie Dornan). Puissant, brutal, secret, Christian est aussi adepte du BDSM (Bondage, Domination, Sado-masochisme) : en raison d’un traumatisme d’enfance, il ne peut avoir de relation en dehors de ce cadre. Il tente de faire d’Ana sa “soumise”, mais elle ne cesse de se rebeller et de négocier les termes du contrat qu’il veut lui faire signer. Finalement, à force d’attention et de persévérance, Ana finit par le convertir à l’amour romantique ; elle-même découvre à ses côtés le plaisir sexuel et se convertit à certaines de ses pratiques.

Cette histoire attire un public très majoritairement féminin, même si Magali Bigey – qui mène avec Stéphane Laurent une très intéressante enquête sur le lectorat de 50 Nuances de Grey – a montré que 10 à 15% du lectorat était composé d’hommes (2014 : 88).  Le public des films est lui aussi clairement féminin et chacune des sorties cinéma – toujours à l’occasion de la Saint Valentin – donne lieu un peu partout à des “soirées filles” généralement interdites aux hommes, au cours desquelles diverses animations (strip-tease masculin, vente de sex toys etc.) précèdent la projection. Par ailleurs, les forums dédiés à la trilogie sur les réseaux sociaux, dont certains comptent plusieurs milliers de membres, sont essentiellement fréquentés par les femmes – en tapant “Cinquante Nuances de Grey” dans Facebook, on obtient un peu plus de 100 occurrences de pages et de forums :

Capture d’écran effectuée à partir de mon compte Facebook

On pourrait penser que ce phénomène massif interpelle les féministes : avec plus de 7 000 000 d’exemplaires écoulés en France, les lectrices de 50 Nuances de Grey sont très probablement plus nombreuses que celles du Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir, dont 1 200 000 exemplaires ont été vendus en Français (Galster 2007 : 159 cité dans Fauré 2008 : 313). Dire cela ne revient évidemment pas à comparer les deux livres (quoiqu’une comparaison de leur réception dans la presse ne serait pas inintéressante et révélerait sans doute bien des similitudes), mais permet de souligner l’impact considérable de la trilogie d’Erika L. James. Or, rares sont les féministes qui se sont exprimées, et lorsqu’elles l’ont fait, elles se sont contentées de dénoncer 50 Nuance de Grey comme un véhicule de la “culture du viol” – souvent sans avoir lu les livres. Au moment de la sortie du premier film, Osez le féminisme s’inquiète par exemple de “l’idéologie qui s’en dégage et de l’engouement qu’il suscite” dans un papier publié sur le site de l’Obs :

La sexualité qui y apparaît est clairement abusive, Christian profitant de son statut de dominant. Il ne s’agit pas ici d’amour ou de sexualité égalitaire mais bien d’emprise psychologique et physique, de tentative de déshumanisation, de dégradation, de négation de l’autre en tant qu’être humain autonome, de réduction d’une personne à un statut d’objet.

Elles réclament au contraire “un vrai film féministe sur les sexualités des femmes” et renvoient les lectrices vers un documentaire de Frédérique Pollet-Rouyer et Anna Szmuc diffusé sur France Culture, dans lequel  “les femmes pourront enfin y trouver le regard féministe et bienveillant qu’elles méritent”.

Même chose pour Sarah, qui signe une critique du film sur le site féministe Barbieturix. Elle commence par prendre un ton condescendant – celui qu’on retrouve dans la majorité des critiques du film  :

[…] je m’attendais à rire en me rendant au cinéma voir Fifty Shades of Grey. Je me disais que j’allais passer un bon moment, rire aux éclats devant un bon navet romantique. Les 60 premières pages du livre – je me suis arrêtée à ce stade – m’avaient, je l’avoue, amusé. Le style est tellement mauvais, les dialogues si grossiers qu’on ne peut pas les prendre au sérieux. Alors, dès le départ, j’ai pensé à mon second degré, je me suis dit qu’il s’accommoderait bien de deux heures de guimauve.

Mais l’ironie cède rapidement la place à la dénonciation :

[…] le véritable problème n’est peut-être pas seulement cette relation abusive décrite à l’écran mais surtout le flou qui l’entoure. […] Il n’y a ni dans le film ni dans le livre cette notion de respect, de libre arbitre, de consentement, si chère aux adeptes du sado-masochisme. On croit qu’elle est consentante mais elle ne l’est pas. Fifty Shades of Grey, c’est comme la société. Celle dans laquelle on remet toujours en question la parole de la personne soumise, dominée, violée. […] Fifty Shades of Grey ne fait pas que dépeindre une relation abusive, il installe un tel flou qu’il perpétue la culture du viol.

Ces critiques sont représentatives du consensus qui s’opère en France autour de la dénonciation féministe de 50 Nuance de Grey (voir encore ici, ici ou ici). Or, non seulement elles ignorent le fait que les livres sont écrits par une femme, mais surtout elles “oublient” de prendre en compte l’adhésion massive des femmes à cette histoire et l’engagement culturel qu’elle suscite. Comment comprendre ce phénomène? Ces femmes sont-elles aliénées? Masochistes? Complices?

Le féminin, lorsqu’il se conjugue au mainstream, est vecteur d’un “capital symbolique négatif”

Cette posture dénonciatrice s’intègre dans un contexte marqué par l’illégitimité de la culture populaire (ou mainstream, ou commerciale ; peu importe comment on l’appelle), a fortiori quand elle est associée au féminin. Si la distinction culturelle se construit désormais moins sur le mépris affiché pour la culture commerciale que sur la capacité des individus à varier les registres culturels (voir Coulangeon 2011), les pratiques connotées comme féminines restent largement indignes, qu’il s’agisse de littérature “à l’eau de rose”, de séries sentimentales pour adolescent.e.s (voir Pasquier 1999), ou bien de fictions télé destinées aux mères de famille (voir Burch et Sellier 2014). On peut aujourd’hui être amateur d’opéra et afficher sans risque son goût pour les films d’action (surtout s’ils datent des années 1980), mais déclarer son amour pour les chansons de Céline Dion ou les livres de Guillaume Musso, c’est inévitablement prendre le risque de susciter l’incompréhension, la moquerie ou le dégoût (je l’expérimente moi-même souvent lorsque j’évoque ma recherche sur 50 Nuances de Grey). Pour le dire autrement, le féminin, lorsqu’il se conjugue à la culture populaire, est vecteur d’un “capital symbolique négatif” (Albenga 2007).

Photographie de ma bibliothèque

D’une certaine façon, les soap operas dés-essentialisent le bonheur familial, dont la recherche perpétuelle – et vaine- incombe aux femmes

Contrairement à la France où ce type de travaux reste rare, la recherche féministe anglo-américaine s’intéresse depuis longtemps aux “genres” féminins et à leurs consommatrices. Les soap operas, ces feuilletons comme Dallas, Côte Ouest ou Les Feux de l’amour diffusés l’après-midi en direction des femmes au foyer, ont par exemple suscité de nombreux débats au sein du féminisme universitaire.

S’interrogeant sur le succès inaltérable dont ils jouissent auprès des spectatrices, les chercheurs et chercheuses ont pris au sérieux ce genre et les liens étroits qu’il entretient avec la vie des femmes. Dès 1979, Tania Modleski effectue par exemple une analyse textuelle du soap pour en relever les ambivalences idéologiquesD’un côté, les personnages féminins y sont constamment renvoyées aux valeurs « féminines » (compréhension, maternage, etc.). Mais de l’autre, la représentation de ces familles disloquées où règne la trahison, la vengeance et les luttes pour le pouvoir permet aux spectatrices de se consoler de leurs propres échecs familiaux. D’une certaine façon, les soap operas dés-essentialisent le bonheur familial, dont la recherche perpétuelle – et vaine – incombe aux femmes. Par ailleurs, les questions traitées au fil des intrigues (avortement, infidélité féminine, mariage interracial, etc.) interrogent  constamment la validité – sans pour autant les renverser – des normes sociales en général et des normes de genre en particulier.

Si dans un premier temps la spectatrice/lectrice/consommatrice reste à l’état de postulat théorique, des travaux ethnographiques se sont ensuite intéressés à la réception des textes médiatiques par les femmes. Dans un livre pionnier et désormais culte, Janice Radway (1984) enquête auprès de lectrices de romance dans une petite ville des Etats-Unis. Elle montre d’une part qu’en revendiquant le droit de lire, ces femmes dérogent momentanément à leurs rôles d’épouses et de mères dévouées – ce qui ne va pas sans provoquer des frictions au sein des couples et des familles. D’autre part, l’enquête souligne à quel point les lectrices trouvent dans ces romances des formes de compensation aux frustrations vécues dans la sphère domestique.

On peut encore citer le travail de Jackie Stacey sur la réception des stars féminines hollywoodiennes par les spectatrices britanniques des classes moyennes des années 1940 et 1950 (Stacey 1993). Stacey montre que les stars hollywoodiennes constituent certes des types féminins conventionnels, produits de l’idéologie patriarcale et de l’économie capitaliste qui offrent des modèles de perfection physique inatteignable pour les spectatrices (particulièrement pour les plus modestes d’entre elles), et dont les personnages subissent de surcroit un sort généralement peu enviable. Mais la fascination des spectatrices pour des femmes fortes et glamour telles que Bette Davis, Katherine Hepburn ou Joan Crawford est aussi sous-tendue par des désirs d’empowerment et de transgression des codes de la féminité respectable dans le contexte britannique puritain des années 1940 et 50.

Ces travaux féministes inspirés par les cultural studies montrent qu’il est stérile et surtout erroné d’opposer une culture commune aliénante à une culture féministe libératrice – mais restreinte à un petit groupe de personnes. La recherche féministe doit s’emparer de la culture mainstream : le  fait que des dizaines de millions de femmes (la fiche Wikipédia affirme que 50 Nuances de Grey a été vendu à plus de 125 000 000 exemplaires dans le monde) se mettent à lire au même moment un livre qui thématise à ce point les rapports de domination au sein de la relation hétérosexuelle révèle à l’évidence bien des choses sur les rapports de genre, la sexualité hétérosexuelle ou la subjectivité des femmes dans les sociétés contemporaines.

C’est d’ailleurs la thèse de la sociologue Israëlienne  Eva Illouz (2014) qui, loin de l’élitisme français, analyse le succès de 50 nuances de Grey au prisme du genre et du féminisme. Selon elle, les livres fonctionnent parce qu’ils permettent de résorber la tension entre l’injonction contemporaine à la liberté sexuelle d’une part, et la persistance de la croyance dans l’amour romantique d’autre part. Elle montre qu’ils s’inscrivent en fait dans un mouvement de réappropriation de leur sexualité par les femmes, tout en valorisant les liens et les sentiments amoureux « traditionnels », c’est-à-dire monogame, hétérosexuels et encadrés par les institutions de la famille et du mariage.

Pour Illouz, les codes féministes ont été intégrés dans la structure narrative de 50 Nuances de Grey : Ana, l’héroïne, est en effet un modèle d’affirmation de soi conforme à celui envisagé par le féminisme (parce qu’elle lutte en permanence pour son autonomie et contre les multiples tentatives de contrôle de Christian Grey). En même temps 50 Nuances de Grey valorise une masculinité traditionnelle, protectrice et possessive. Le personnage d’Ana encode en fait à la fois la fois volonté d’autonomie, d’affirmation de soi, d’émancipation personnelle, et le désir de protection de la part d’un homme viril, voire le désir de soumission.

Tout cela résonne selon elle avec les ambivalences ressenties par de nombreuses femmes à l’égard des mutations apportées par le féminisme, qui a donné du pouvoir d’agir aux femmes, mais qui n’a pas éliminé le régime de la domination masculine. Les relations entre femmes et hommes étant devenues un lieu de négociations permanentes, 50 Nuances de Grey encode cette difficulté tout en fournissant des repères, voire des instructions pour améliorer sa vie sexuelle et amoureuse. Cette analyse est intéressante parce qu’elle sort d’une posture dénonciatrice sous-tendue par l’idée que les lectrices seraient aliénées ; elle tente de saisir les raisons de ce succès et ce qu’il nous apprend sur l’état des rapports de genre au sein de l’hétérosexualité.

50 Nuances de Grey interroge à sa manière le féminisme

Que signifie l’absence d’intérêt des féministes francophones pour ce qui apparaît bien comme un phénomène social et culturel majeur pour les femmes? Pourquoi certaines féministes ayant le loisir de s’exprimer publiquement se sentent-elles autorisées à décréter que le plaisir pris par ces millions de femmes est dangereux? Il me semble que  50 Nuances de Grey interroge à sa manière le féminisme et les rapports de genre et de classe qui le structurent : le mépris des féministes (qu’il passe par le silence ou la dénonciation) est révélateur (et participe) de la dévalorisation culturelle du féminin populaire. Il faut bien entendu continuer à critiquer l’hégémonie masculine, hétérosexuelle, blanche et bourgeoise à l’oeuvre dans les industries culturelles. Mais il faut aussi s’interroger sur les processus de réception et d’appropriation des produits issus de cette industrie, a fortiori lorsqu’ils mobilisent une si large audience.

Références bibliographiques

  • Viviane Albenga, « Le genre de « la distinction » : la construction réciproque du genre, de la classe et de la légitimité littéraire dans les pratiques collectives de lecture », Sociétés & Représentations 2007/2 (n° 24), p. 161-176.
  • Magali Bigey, « 50 nuances de Grey : du phénomène à sa réception », Hermès, vol. 2, n° 69, 2014, p. 88-90.
  • Noël Burch et Geneviève Sellier, Ignorées de tous… sauf du public. Quinze ans de fiction televisée française 1995-2010, Paris, Ina éditions, 2014.
  • Philippe Coulangeon, Les métamorphoses de la distinction : inégalités culturelles dans la France d’aujourd’hui, Paris, Grasset, 2011.
  • Christine Fauré, « Le Deuxième Sexe, oeuvre classique », Les Temps Modernes, n° 647-648, vol. 1, 2008, p. 311-323.
  • Ingrid Galster, Beauvoir dans tous ses états, Paris, Tallandier, 2007.
  • Eva Illouz, Hard romance. Cinquante Nuances de Grey et nous, Paris, Seuil, 2014.
  • Tania Modleski,  “The Search for Tomorrow in Today’s Soap operas. Notes on a Feminine Narrative Form”, Film Quaterly, n° 33, vol. 1, p. 12-21.
  • Dominique Pasquier, La Culture des sentiments. L’expérience télévisuelle des adolescents, Paris, Edition de la Maison des Sciences de l’Homme, 1999.
  • Janice Radway, Reading the romance. Women, Patriarchy, and popular Literature, Chapel Hill et Londres, The University of North Carolina Press, 1984.
  • Jackie Stacey, Star gazing. Hollywood and female spectatorship, Londres, Routledge, 1993.


2 réflexions sur « 50 Nuances de Grey, les féministes et la culture populaire »

  1. Je me suis arrêtée au “Or, non seulement elles ignorent le fait que les livres sont écrits par une femme”.
    Alors, si c’est écrit par une femme, c’est forcément bon pour les femmes. Wait. Next.

    1. Bonjour,
      le reste de l’article vous permettrait sans doute de mieux comprendre mon propos qui n’est en effet pas de dire que c’est bon pour les femmes puisque c’est écrit par une femme. Mais c’est l’un des éléments à prendre en compte dans l’analyse du phénomène que constitue 50 Nuances de Grey. Il ne s’agit pas de défendre l’objet mais de comprendre l’engouement qu’il suscite, de mon point de vue de chercheuse féministe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.